Les erreurs à éviter lors de la création d’un site e-commerce

0
104

Le e-commerce a révolutionné la manière dont nous achetons et vendons des produits. Pour les entrepreneurs aspirants, créer une boutique en ligne est devenu une voie attrayante vers le succès commercial. Cependant, le chemin vers une entreprise en ligne prospère est jonché de défis et de pièges. Cet article vise à éclairer les futurs e-commerçants sur les erreurs courantes à éviter lors de la création d’un site e-commerce. Nous avons donc listé les 30 erreurs les plus courantes que nous rencontrons lors de nos accompagnements aux e-commerçants.

Objectifs

Les erreurs de stratégie pour le projet et le site

Erreur N°1 : ne pas connaitre parfaitement son marché

Une erreur très courante que de nombreux entrepreneurs en e-commerce commettent est de ne pas connaître parfaitement leur marché cible. Cette méconnaissance peut mener à des décisions mal informées concernant la sélection des produits, le positionnement de la marque, et les stratégies de marketing, ce qui peut finalement entraîner un échec à engager ou à convertir les clients potentiels.

Comprendre les besoins, les désirs et les comportements d’achat de votre public cible est fondamental pour créer une offre de produits pertinente, élaborer des messages marketing qui résonnent avec votre audience et choisir les canaux de vente les plus efficaces. Sans une compréhension approfondie de votre marché, il est difficile de se démarquer dans l’espace concurrentiel du e-commerce et de construire une base de clients fidèles.

Erreur N°2 : ne pas connaitre ses concurrents

Une autre erreur significative dans le domaine du e-commerce est de négliger l’analyse de la concurrence. Ne pas connaître ses concurrents et ce qu’ils offrent peut laisser une entreprise à la traîne, incapable de se différencier ou de répondre efficacement aux stratégies de marché. Cette méconnaissance peut conduire à une tarification inappropriée, à une offre de produits ou de services qui ne se distinguent pas suffisamment, ou à l’absence d’innovation nécessaire pour capturer l’intérêt des clients.

Une analyse concurrentielle approfondie permet non seulement de comprendre les forces et les faiblesses des concurrents mais aussi d’identifier les opportunités de marché non exploitées. En connaissant bien ses concurrents, un e-commerçant peut élaborer des stratégies uniques, offrir une véritable valeur ajoutée distinctive à ses clients et positionner sa marque de manière à gagner une part de marché significative.

Erreur N°3 : ne pas avoir de proposition de valeur évidente

L’absence d’une proposition de valeur claire et convaincante est aussi une erreur courante dans le e-commerce qui peut gravement nuire à la capacité d’une entreprise à attirer et retenir des clients. Une proposition de valeur évidente distingue votre offre de celle de vos concurrents en mettant en avant ce qui rend votre marque unique et pourquoi les clients devraient choisir vos produits ou services plutôt que ceux d’un autre. Sans cette clarification, les consommateurs peuvent avoir du mal à comprendre l’avantage de faire affaire avec vous, ce qui peut entraîner une indifférence et une faible conversion des ventes.

Une proposition de valeur forte et bien communiquée doit résonner avec les besoins et les désirs de votre public cible, soulignant les bénéfices spécifiques qu’ils obtiendront en choisissant votre marque. En négligeant cet aspect crucial, les e-commerçants passent à côté d’une opportunité essentielle de se connecter émotionnellement avec leurs clients et de construire une base de fidèles partisans.

Erreur N°4 : mal prévoir son budget

budget prévisionnel

La mauvaise prévision de leur budget global est probablement l’erreur la plus courante constatée chez les entrepreneurs en e-commerce. Sous-estimer les coûts initiaux et opérationnels nécessaires pour lancer et maintenir une boutique en ligne peut conduire à des déficits financiers significatifs, compromettant la viabilité à long terme du projet. Cela inclut souvent la négligence des dépenses liées au marketing, à la logistique, au stockage, à la conception du site, ainsi qu’aux frais de plateforme et aux coûts de développement. Non, ouvrir un site e-commerce ne se résume pas à faire développer une boutique en ligne (ou pire le faire soi même), et à y mettre quelques articles en vente ! Là c’est sur que vous n’irez pas bien loin ! En réalité, j’irais même jusqu’à dire que le coût de création de la boutique représente une fraction mineure du budget global nécessaire pour lancer et pérenniser un site E-commerce efficace. Le cout du marketing, du référencement (naturel ou payant), de la logistique, de la maintenance… bref de tout ce qu’inclus le e-commerce est loin d’être négligeable !

Une planification budgétaire insuffisante peut également limiter la capacité d’une entreprise à réagir aux imprévus ou à investir dans des opportunités de croissance.

Pour éviter cette erreur, il est crucial d’effectuer une analyse financière approfondie avant le lancement (étude de marché et business plan complet), en prévoyant une marge pour les dépenses imprévues et en s’assurant que les ressources financières disponibles sont en adéquation avec les objectifs à court et à long terme de l’entreprise.

Erreur N°5 : ne pas se faire accompagner

Là aussi il s’agit d’une erreur très courante, voire quasi générale. Mais bien souvent elle est liée à un manque de budget (l’accompagnement d’un expert a un cout certain), mais aussi à une méconnaissance du sujet. En effet, de nombreuses publicités vous laisse croire que lancer un site e-commerce est une chose simple, à la portée de tout le monde. Et c’est « presque » le cas, mettre en ligne une boutique n’est pas chose très compliquée, mais ouvrir un site e-commerce qui vend et qui est rentable est une autre histoire ! Cela nécessite de nombreuses connaissances (techniques, marché, marketing…) que seule l’expérience peut apporter. Vous pouvez acquérir cette expérience par vous même si vous en avez le temps et l’envie, mais vous faire accompagner par un expert du e-commerce vous permettra de gagner de nombreux mois, voire années, et surtout d’éviter de nombreuses erreurs, voire l’échec de votre projet.

Les erreurs liées au site e-commerce

Erreur N°6 : choisir une plateforme e-commerce mal adaptée à ses besoins

Choisir la bonne plateforme est crucial pour le succès de votre e-commerce. PrestaShop, WooCommerce, et Shopify sont parmi les options les plus populaires, chacune avec ses avantages et inconvénients. PrestaShop offre une grande personnalisation et une très bonne scalabilité (facilité de « grossir »), WooCommerce se distingue par son intégration facile avec WordPress, et Shopify brille par sa facilité d’utilisation et son support client.

logiciels de création de sites ecommerce

Une erreur courante est de ne pas choisir la plateforme / script adapté à ses besoins. Par exemple, un entrepreneur qui envisage de lancer une boutique en ligne de grande envergure sera confronté à de grosses difficultés (techniques, performance, fonctionnalités…) s’il choisi Shopify ou Woocommerce. A contrario, un e-commerçant qui souhaite ne vendre qu’un faible nombre d’articles, avec pas ou peu de déclinaisons, avec des fonctionnalités simples sur sa boutique, se tournera plus facilement vers Shopify, ou Woocommerce, et non pas vers Prestashop par exemple.

Erreur N°7 : mal choisir son nom de domaine

Là il s’agit d’une erreur « secondaire » dans le sens ou elle n’est pas vitale. Il s’agit tout de même d’un point important pour un entrepreneur qui veut lancer une marque. En effet, le « branding » va avoir de l’importance tout au long de la vie de cette marque et un mauvais choix de nom de domaine sera moins performant. Donc un nom de domaine représentatif de sa marque, assez court de préférence, avec une extension courante (évitez les extensions exotiques), facilement prononçable et mémorisable, sera un plus pour votre activité. Et bien entendu un nom de domaine « libre de marque » (pas utilisé avec une autre extension).

Erreur N°8 : mal choisir son logo

Là aussi, erreur « secondaire » mais importante malgré tout dans la mesure ou votre logo doit être facilement identifiable, représentatif de votre marque et de ses valeurs. C’est un point souvent mis en retrait par beaucoup de nouveaux e-commerçant car ils pensent qu’un logo de marque peut se résumer à un logo fait ou récupéré sous canva, par AI, ou sur fiverr pour quelques Euros. Erreur de communication courante, qui dans certains secteurs sont pourtant rédhibitoire. Imaginez vous en train de lancer une boutique de bijoux de luxe, un logo piqué sur canva véhiculera t il l’image que vous souhaitez pour votre marque ? J’en doute !

Erreur N°9 : mal définir la structure de son site

Une erreur couramment observée dans le développement de sites e-commerce, et qui elle est primordiale, est la mauvaise définition de leur structure. Une structure de site mal conçue peut non seulement nuire à l’expérience utilisateur, rendant la navigation et la recherche de produits frustrantes, mais peut également impacter négativement le référencement naturel (SEO) du site. Sans une hiérarchie claire, des catégories logiques, et des chemins de navigation intuitifs, les clients potentiels peuvent se sentir perdus et quitter le site sans effectuer d’achat.

De plus, les moteurs de recherche peuvent avoir du mal à indexer correctement le site, ce qui réduit sa visibilité dans les résultats de recherche. Pour éviter cette erreur, il est essentiel de planifier soigneusement la structure du site dès les premières étapes de conception, en se concentrant sur la simplicité, la logique, et l’expérience utilisateur, tout en assurant une architecture de site qui favorise le SEO (cocon sémantique par exemple).

Erreur N°10 : ne pas penser « mobile first » pour son site

Ignorer l’approche « Mobile First » est une erreur encore courante mais critique dans le développement de sites e-commerce à l’heure actuelle. À l’ère où une majorité croissante de consommateurs effectue ses recherches et ses achats via des appareils mobiles, ne pas optimiser son site e-commerce pour ces utilisateurs peut entraîner une perte significative de trafic et de conversions. Une conception qui ne prend pas en compte les spécificités de la navigation sur mobile, comme les écrans tactiles plus petits et les vitesses de connexion variables, peut offrir une expérience utilisateur médiocre, décourageant les visiteurs de poursuivre leur achat. A titre d’exemple, en mars 2024, sur un assez gros site e-commerce Français que nous accompagnons, les visiteurs viennent à 75% sur mobile et tablette.

De plus, Google privilégie les sites optimisés pour mobile dans ses résultats de recherche, ce qui signifie qu’une négligence de l’approche Mobile First peut également nuire au référencement du site. Pour éviter cette erreur, il est essentiel de concevoir d’abord pour les mobiles, en assurant que le site est réactif, rapide à charger, et facile à naviguer sur tout type d’appareil.

Erreur N°11 : avoir des textes et photos de mauvaise qualité sur le site

Là il s’agir dune erreur encore trop courante et pourtant simple à éviter. De très nombreux sites e-commerce proposent des textes et des images de très mauvaise qualité, ce qui donne une mauvaise image globale de la boutique. Je ne parle pas des photos de produits (pour lesquelles le problème se pose aussi bien sur, et même encore plus), mais bien des photos générales du site et des textes de présentation : photos vues et revues, qualité plus ou moins correcte, textes bourrés de fautes d’orthographe et/ou de grammaire, pas du tout vendeur… Avec les moyens techniques dont nous disposons actuellement (correcteur orthographique, générateurs, logiciel de retouche photo, banques d’images…) et les prestataires de qualité (rédacteurs, photographes…), ce type d’erreur ne devrait plus être rencontrée !

Erreur N°12 : ne pas donner assez d’informations rassurantes aux clients

Devant la multitude d’arnaques sur internet, de faux sites, de sites de dropshipping trompeurs (il y a malgré tout de bon sites de dropshipping, qui sont transparents et honnêtes), il est important de rassurer les visiteurs et potentiels acheteurs. Donc ne pas oublier les pages obligatoires (mentions légales, cgv, contacts avec adresse et moyens de contact clairement indiqués, politique de confidentialité…), mais proposer également des éléments de réassurance tout au long du tunnel de vente. Il est important que le visiteur se sente rassuré et passe commande en toute sérénité.

Erreur N°13 : ne pas penser SEO dès la création du site

Là il s’agit d’une erreur critique qui aura de lourdes conséquences. Le SEO (référencement naturel) est à prévoir dès la conception du site ! Dès l’étude du projet même. Il est important de bien définir sa stratégie SEO en fonction de son marché, de ses produits, de ses objectifs, et de ses moyens. Vient ensuite le choix des mots clés principaux et secondaires du site, puis en fonction de tout cela, la définition de la structure du site (éventuellement avec utilisation de cocons sémantiques). Le site pourra ensuite être développé en prenant en compte ces différents points, qui auront été clairement défini dans le cahier des charges.

Mais pourquoi est-ce important de le faire dès le début, et ne peut on pas le définir par la suite ? Nous voyons souvent des boutiques en ligne qui ont été lancée sans réfléchir particulièrement à leur SEO dès le départ, et nous avons toujours constaté qu’il était plus compliqué, et donc plus couteux, de corriger une structure défaillante. Certes l’analyse initiale aurait probablement couté un peu lors de la création du site, mais beaucoup moins que sa modification ultérieure, qui dans tous les cas ne sera pas sans conséquence et demandera beaucoup de précautions.

Erreur N°14 : avoir un tunnel de vente long et complexe

Un tunnel de vente long et complexe est une erreur fréquente dans le e-commerce qui peut considérablement réduire le taux de conversion. Lorsque le processus d’achat est parsemé d’étapes superflues, de formulaires à remplir trop détaillés ou de redirections inutiles, les clients potentiels peuvent rapidement perdre patience et abandonner leur panier.

Une navigation fluide et une procédure d’achat simplifiée sont cruciales pour maintenir l’intérêt et encourager la finalisation des achats. Les études montrent que chaque clic supplémentaire ou chaque seconde d’attente augmente le risque d’abandon de panier. Pour éviter cette erreur, il est essentiel de réviser et d’optimiser le tunnel de vente, en éliminant les obstacles inutiles, en minimisant le nombre de pages et de champs à remplir, et en proposant des options de paiement rapides et sécurisées. De la même façon il est contre productif de proposer de trop nombreuses options de paiement et de transport. Certes il en faut un minimum pour couvrir différents cas de figures, mais si le visiteur se retrouve devant trop de choix, il ne sait lequel faire et dans certains cas va voir ailleurs.

Un tunnel de vente optimisé est synonyme d’une meilleure expérience utilisateur et d’une augmentation des ventes.

Erreur N°15 : négliger ses fiches produits 

Négliger la qualité des fiches produits est une erreur courante en e-commerce qui peut sérieusement compromettre les performances de vente d’une boutique en ligne. Des descriptions de produits vagues, incomplètes ou mal rédigées, ainsi que l’absence de photos de haute qualité ou de vidéos explicatives, peuvent empêcher les clients de comprendre pleinement ce qu’ils achètent, réduisant ainsi leur confiance et leur volonté de procéder à l’achat. De plus, des fiches produits insuffisamment détaillées peuvent nuire au référencement naturel du site sur les moteurs de recherche, limitant la visibilité des produits auprès des consommateurs potentiels.

Pour éviter cette erreur, il est crucial d’investir du temps et des ressources dans la création de fiches produits riches en informations, incluant des descriptions précises et avantageuses, des spécifications techniques, des guides de tailles, ainsi que des images et vidéos de qualité qui mettent en valeur le produit sous différents angles et dans divers contextes d’utilisation. Une fiche produit bien conçue est un outil puissant pour augmenter les conversions et bâtir la confiance des clients.

Erreur N°16 : avoir des photos produits de mauvaise qualité

Dans la même optique que l’erreur précédente les photos produits doivent être d’excellente qualité. C’est un point souvent négligé (bon nombre de photos sont encore faites avec le smartphone du e-commerçant) et pourtant crucial. Vous pouvez vous essayer à l’utilisation de boite à lumière (kit packshot), on en trouve à partir de quelques euros sur internet, mais les résultats ne seront pas à la hauteur. Investir auprès d’un photographe professionnel pour vos photos produits devrait être un reflexe pour tout e-commerçant ! Vos produits seront enfin mis en valeur auprès de vos visiteurs. N’oubliez pas que contrairement à une boutique physique le seul « contact » qu’auront vos visiteurs avec vos produits ce sont ces fameuses photos, ne les négligez pas !

Erreur N°17 : négliger ses pages catégories

Encore plus que les pages produits, vos pages catégories sont vitales pour votre référencement naturel. Si votre structure est bien pensée et que ces pages sont correctement optimisées, ce seront de véritables portes d’entrées dans votre boutique, alors autant ne pas les négliger. Du point de vue expérience utilisateur elles sont également importantes, en facilitant l’accès aux produits à vos visiteurs, grâce à un classement optimal. Attention, là aussi, les choix initiaux fait pour la structure du site, et donc le choix de vos catégories, sont primordiaux. Une erreur ou des choix non optimaux seront difficiles à rattraper par la suite (possible, mais lourd, donc couteux).

Les erreurs liées à la logistique du e-commerce

Erreur N°18 : ne pas avoir de gestion de stock cohérente et efficace

Quoi de plus frustrant pour un client de passer commande sur un site et de recevoir quelques temps après un mail lui disant que le produit n’est en fait pas disponible. Degré -10 de l’expérience utilisateur ! Cela vous est probablement arrivé à vous aussi.

Bref vous l’aurez compris, une gestion des stocks efficace est primordiale pour un site e-commerce qui veut réussir. Certes vous n’avez pas besoin d’entrepôts du type de ceux d’amazon pour vos débuts, mais la réflexion et la mise en place d’une logistique cohérente et extensible facilement est nécessaire dès le début de votre activité. Donc on prend de bonnes habitudes dès le départ : références produits, ean si besoin, emplacements de stockage référencés,…

Erreur N°19 : mal définir ses frais de livraisons et avoir des frais cachés

Là aussi nous voyons bien trop souvent des e-commerçants qui ont une politique assez floue en matière de frais de livraison, ou pire qui appliquent des frais « cachés ». Grave erreur encore une fois. Vos frais de livraison doivent être clairement définis et accessibles à vos visiteurs.

Vous pouvez définir une « stratégie » de frais de livraison avec des frais de port gratuits à partir de xx € si vous le souhaitez (ça aide à augmenter le panier moyen quand c’est bien fait), des forfaits livraisons en fonction des pays et des transporteurs, une facturation au poids réel, ou tout ce que vous voulez du moment que cela est clair pour vos visiteurs. Mais attention à ne pas proposer de frais de port exorbitants, les gens étant de plus en plus habitués à la gratuité des frais de port, vos offres auront probablement peu de succès.

Erreur N°20 : ne pas avoir de politique de retour claire

Là en plus d’une erreur pour l’expérience utilisateur, il s’agit aussi d’une erreur d’un point de vue légal. En tant que e-commerçant vous avez certaines règles à respecter, et la politique de retour en fait partie. Donc bien définir des règles claires, conformes à la législation du moment), et accessibles au visiteurs, et les respecter. Rien de compliqué, mais bien souvent « oublié ».

Erreur N°21 : ne pas connaitre parfaitement les implications fiscales de son e-commerce (règles de tva par exemple)

Là aussi en tant que e-commerçant vous avez des règles fiscales à respecter, qui vont dépendre de plusieurs paramètres : les types de produits que vous vendez (pour la tva par exemple), la localisation (pays) et le type (pro ou particuliers) des acheteurs, le type de votre structure juridique (une micro entreprise en franchise de tva n’aura pas les mêmes contraintes fiscales qu’une SAS par exemple)…

Si vous êtes accompagné par un expert comptable compétent il vous aura probablement sensibilisé sur ces points et vous aurez défini avec lui ce qu’il vous convenait de faire. Le problème se pose souvent avec des entrepreneurs qui démarrent seuls, sans le moindre accompagnement (comptable ou par un expert du e-commerce), et qui bien souvent ne sont pas au courant de cet aspect du business. Et pour avoir vu plusieurs entrepreneurs se faire « rattraper par la patrouille », je peux vous dire que le redressement fiscal peut faire très mal, voire tuer définitivement votre entreprise.

Les erreurs liées à la communication

Erreur N°22 : ne pas définir de stratégie de communication globale

Une autre erreur très fréquente mais critique que de nombreux e-commerçants commettent est de négliger la définition d’une stratégie de communication globale. Dans l’univers concurrentiel du commerce en ligne, il est essentiel de se démarquer et de créer une connexion durable avec sa clientèle. Cela devient même crucial, même pour le SEO du site (référencement naturel), ou le « branding » et la notoriété sont devenus des éléments importants pour les moteurs de recherche.

Sans une stratégie de communication cohérente et intégrée, les messages marketing peuvent apparaître désordonnés ou contradictoires, ce qui risque de brouiller l’image de marque et de diluer l’efficacité des efforts publicitaires. Une stratégie de communication globale bien conçue englobe tous les canaux de communication — des réseaux sociaux au marketing par courriel, en passant par le contenu du site web — et veille à ce que tous les messages soient alignés sur les valeurs de la marque, les objectifs commerciaux et les attentes des consommateurs. Cela permet non seulement d’accroître la reconnaissance de la marque, mais aussi de construire une relation de confiance avec les clients, essentielle pour stimuler la fidélisation et encourager les achats répétés.

Une autre erreur très fréquente mais critique que de nombreux e-commerçants commettent est de négliger la définition d’une stratégie de communication globale. Dans l’univers concurrentiel du commerce en ligne, il est essentiel de se démarquer et de créer une connexion durable avec sa clientèle. Cela devient même crucial, même pour le SEO du site (référencement naturel), ou le « branding » et la notoriété sont devenus des éléments importants pour les moteurs de recherche.

Sans une stratégie de communication cohérente et intégrée, les messages marketing peuvent apparaître désordonnés ou contradictoires, ce qui risque de brouiller l’image de marque et de diluer l’efficacité des efforts publicitaires. Une stratégie de communication globale bien conçue englobe tous les canaux de communication — des réseaux sociaux au marketing par courriel, en passant par le contenu du site web — et veille à ce que tous les messages soient alignés sur les valeurs de la marque, les objectifs commerciaux et les attentes des consommateurs. Cela permet non seulement d’accroître la reconnaissance de la marque, mais aussi de construire une relation de confiance avec les clients, essentielle pour stimuler la fidélisation et encourager les achats répétés.

Même si il s’agit d’un éléments souvent négligé par bon nombre de e-commerçants, l’absence d’une stratégie de communication globale peut sérieusement entraver la capacité d’un e-commerce à attirer et à retenir une clientèle engagée. Vous pouvez consulter notre article à ce sujet : Comment construire une stratégie digitale efficace.

Erreur N°23 : négliger sa présence sur les réseaux sociaux

Une autre erreur notable dans le domaine du e-commerce est de sous-estimer l’importance d’une présence active sur les réseaux sociaux. À l’ère numérique, les plateformes sociales ne sont pas seulement des canaux de communication, mais des outils puissants pour bâtir une communauté, engager le dialogue avec les clients et promouvoir les produits ou services de manière interactive. Négliger ces espaces d’échange est une occasion manquée de toucher un public plus large, d’humaniser la marque et de générer un engagement organique autour de celle-ci.

Les réseaux sociaux offrent également l’opportunité de recueillir des retours précieux de la part des consommateurs et d’ajuster rapidement les stratégies marketing en conséquence. En omettant d’investir dans une stratégie de présence sur les réseaux sociaux, les e-commerçants passent à côté d’une chance de renforcer leur image de marque, d’améliorer le service client et, ultimement, de stimuler les ventes. Une approche bien pensée et cohérente sur ces plateformes peut transformer les followers en ambassadeurs de la marque et les clients occasionnels en fidèles partisans.

Mais attention il ne faut pas faire n’importe quoi, on ne parle pas de poster pour poster, mais d’avoir une véritable stratégie de communication pour des réseaux sociaux bien choisi en fonction de sa cible, régulière et conforme à la stratégie de communication globale définie. L’accompagnement par un véritable community manager peut vite s’avérer indispensable, en tout cas très bénéfique.

Erreur N°24 : ne pas multiplier les canaux d’acquisition clients

L’une des erreurs les plus courantes en e-commerce est de ne pas diversifier les canaux d’acquisition de clients. Se reposer sur une unique source de trafic ou un seul canal de vente est une stratégie risquée qui peut rendre une entreprise vulnérable aux changements d’algorithme des moteurs de recherche, aux fluctuations des tendances sur les réseaux sociaux, ou encore aux évolutions du marché.

En mettant tous leurs œufs dans le même panier, les e-commerçants limitent leur portée et passent à côté de nombreuses opportunités de toucher des segments de clientèle variés. La multiplication des canaux d’acquisition permet non seulement d’atteindre un public plus large, mais aussi de réduire les risques en diversifiant les sources de trafic et de revenus. Cela inclut l’exploration de différentes plateformes de réseaux sociaux, l’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO), le marketing par courriel, les partenariats, les publicités payantes (SEA), et même les canaux hors ligne. Chaque canal offre des avantages uniques et permet d’interagir avec les clients potentiels à différents moments de leur parcours d’achat. En négligeant de multiplier les canaux d’acquisition, les e-commerçants se privent de la possibilité de maximiser leur portée et d’augmenter significativement leurs chances de conversion et de fidélisation.

Erreur N°25 : ne pas travailler son référencement naturel

Ignorer le référencement naturel (SEO) est une erreur couramment commise par les e-commerçants, qui peut gravement nuire à leur visibilité en ligne et, par conséquent, à leur capacité à attirer des clients. Le SEO est essentiel pour améliorer le classement d’un site web dans les résultats des moteurs de recherche, ce qui augmente la probabilité d’être trouvé par des clients potentiels recherchant des produits ou services similaires. Il fait partie des différents canaux d’acquisition clients possible, qui doit entrer dans le plan de communication global.

Sans une stratégie de SEO efficace, un site e-commerce risque de se retrouver relégué à des pages de résultats inférieures, loin des yeux des consommateurs. Cela inclut de nombreuses choses, dont l’optimisation des mots-clés relatifs aux produits ou services offerts, l’amélioration de la vitesse de chargement des pages, la création de contenu de qualité et pertinent pour le public cible, ainsi que l’optimisation pour les appareils mobiles.

En outre, un bon référencement naturel contribue à établir l’autorité et la crédibilité d’un site web aux yeux des moteurs de recherche et des utilisateurs. Négliger le SEO signifie passer à côté d’une source de trafic organique précieuse et durable, ce qui peut limiter significativement la croissance et le succès d’une entreprise en ligne à long terme.

Erreur N°26 : mal gérer les avis négatifs

Une gestion inappropriée des avis négatifs est une erreur fréquente dans le e-commerce qui peut avoir des répercussions durables sur la réputation d’une marque. Les avis clients jouent un rôle crucial dans la décision d’achat des consommateurs en ligne; un seul commentaire négatif peut dissuader de potentiels acheteurs. Ignorer ou répondre de manière défensive à ces critiques ne fait qu’aggraver la situation, donnant l’impression que l’entreprise ne se soucie pas de l’expérience ou du bien-être de ses clients. Au contraire, une gestion proactive et constructive des avis négatifs peut transformer une expérience client initialement mauvaise en une opportunité positive.

Cela implique d’écouter attentivement les préoccupations des clients, de répondre rapidement et poliment, et de proposer des solutions concrètes pour résoudre le problème. En adoptant une approche ouverte et réceptive aux critiques, les e-commerçants peuvent non seulement améliorer leur produit ou service mais aussi renforcer la confiance et la fidélité de leur clientèle.

Erreur N°27 : ne pas travailler la fidélisation

Négliger la fidélisation de la clientèle est une erreur significative en e-commerce qui peut limiter la croissance et la rentabilité à long terme d’une entreprise. Dans un marché en ligne saturé, acquérir un nouveau client peut coûter jusqu’à cinq fois plus cher que de conserver un client existant. De plus, les clients fidèles ont tendance à dépenser plus et à recommander l’entreprise à leur entourage, agissant comme des ambassadeurs de la marque.

Malgré ces avantages, de nombreux e-commerçants se concentrent exclusivement sur l’acquisition de nouveaux clients, négligeant les stratégies de fidélisation qui encouragent les achats répétés et renforcent la relation client. Travailler la fidélisation implique de créer une expérience client exceptionnelle, d’offrir un service client de qualité, de mettre en place des programmes de fidélité attractifs, et de communiquer régulièrement avec les clients à travers des newsletters personnalisées ou des offres exclusives.

Ignorer ces aspects peut entraîner une diminution de la satisfaction client, augmenter le taux de churn (taux de désabonnement) et, finalement, réduire les revenus potentiels.

Les erreurs liées à l’hébergement et à la sécurité

Erreur N°28 : choisir un hébergeur low cost

Opter pour une solution d’hébergement web low cost est une erreur courante chez certains e-commerçants, cherchant à réduire les coûts initiaux, sans considérer les conséquences potentiellement néfastes sur la performance et la fiabilité de leur site e-commerce. Un hébergement de faible qualité peut entraîner des temps de chargement lents, une disponibilité médiocre du site, et une sécurité insuffisante, autant de facteurs qui peuvent gravement nuire à l’expérience utilisateur et à la perception de la marque. Pire, les hébergeurs low cost ont souvent des supports de mauvaise qualité, voire inexistant, et en cas d’incident grave vous vous retrouverez probablement seul face à votre problème.

Dans le monde du commerce en ligne, où la patience des consommateurs est limitée et la concurrence féroce, un site lent ou régulièrement inaccessible peut rapidement entraîner la perte de clients au profit de concurrents plus réactifs et fiables. De plus, les problèmes de sécurité associés à certains hébergements bon marché peuvent exposer les données sensibles des clients à des risques de piratage, compromettant ainsi la confiance des consommateurs et la réputation de l’entreprise.

Investir dans un hébergement web de qualité, offrant de bonnes performances, une haute disponibilité, et une sécurité robuste, est essentiel pour assurer une expérience utilisateur positive, optimiser le référencement naturel (SEO) et soutenir la croissance à long terme de l’activité e-commerce.

Vous pouvez consulter notre article dédié qui propose une sélection des meilleurs hébergeurs Web en cliquant ici.

Erreur N°29 : négliger les sauvegardes et le PRA (plan de retour à l’activité)

Négliger les sauvegardes régulières et l’élaboration d’un Plan de Reprise d’Activité (PRA) est une erreur courante mais critique en e-commerce, qui peut mettre en péril la continuité de l’entreprise en cas de problème majeur. Les incidents tels que les pannes de serveur, les attaques de logiciels malveillants, les erreurs humaines ou les catastrophes naturelles peuvent survenir à tout moment, entraînant la perte de données cruciales, des interruptions de service prolongées et, en fin de compte, une perte de revenus et de confiance de la part des clients.

Sans sauvegardes régulières (stockées à plusieurs emplacements, avec historique,… ), la récupération des données peut s’avérer impossible ou extrêmement coûteuse, tandis que l’absence d’un PRA bien défini peut prolonger le temps de récupération, aggravant ainsi les dommages subis.

Un PRA efficace comprend des stratégies pour maintenir les opérations commerciales minimales en cas de sinistre et des procédures détaillées pour restaurer rapidement les systèmes et les données critiques.

En investissant dans des solutions de sauvegarde robustes et en planifiant soigneusement la reprise après sinistre, les e-commerçants peuvent assurer une reprise rapide et efficace, minimisant ainsi les perturbations pour les clients et préservant la réputation et la viabilité à long terme de l’entreprise.

Erreur N°30 : ne pas prévoir la maintenance de la boutique

L’absence de planification des opérations de maintenance régulières pour une boutique en ligne est une erreur fréquemment commise par les e-commerçants, pouvant entraîner des conséquences négatives sur la performance et la sécurité du site. La maintenance d’un site e-commerce ne se limite pas à la simple mise à jour des produits ou des contenus; elle englobe également la mise à jour régulière des logiciels, l’optimisation des performances du site, la vérification de la sécurité et la correction des bugs.

Sans une maintenance proactive, les sites e-commerce peuvent devenir vulnérables aux attaques de sécurité, souffrir de temps de chargement lents ou de dysfonctionnements, affectant ainsi l’expérience utilisateur et la confiance des clients.

En négligeant la maintenance, les e-commerçants risquent de voir leur site devenir obsolète, moins compétitif et potentiellement inopérant, ce qui peut entraîner une perte de clientèle et de revenus. Même si il s’agit une ligne de budget souvent oubliée, investir dans une stratégie de maintenance régulière est donc essentiel pour garantir la fiabilité, la sécurité et l’efficacité d’une boutique en ligne.

Conclusion

Il existe encore de nombreuses erreurs possibles lors de la création d’un site e-commerce, nous ne pouvons bien entendu pas toutes les citer l’article serait bien trop long.

Malgré tout, vous l’aurez compris, créer un site e-commerce réussi nécessite de la planification, de la persévérance, et une attention particulière aux détails. En évitant les pièges courants et en suivant les meilleures pratiques énoncées dans cet article, vous serez bien positionné pour bâtir une entreprise en ligne florissante. Et n’oubliez pas, l’accompagnement est essentiel pour un e-commerçant ! Vous connaissez votre métier et vos produits, mais pas forcément les méandres d’internet et du e-commerce.

Et vous, avez vous en tête d’autres erreurs courantes sur un site e-commerce ?

Patrick Vieillefond
Actif sur Internet depuis les années 2000, webmaster et expert e-commerce, créateur de plusieurs entreprises dans le domaine du web et de l'informatique, formé et expérimenté en comptabilité et gestion d'entreprise, je met à disposition des entrepreneurs du web mon expérience dans tous les secteur du business digital.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici